Divorce et indemnité exceptionnelle

Le saviez-vous ?

A Monaco, les conséquences patrimoniales du divorce demeurent liées à sa cause et le droit à bénéficier d'une prestation compensatoire (capital destiné à compenser la disparité que la rupture du mariage créée dans les conditions de vie respectives des époux) dépend, en cas de divorce pour faute, de la répartition des torts. Si le divorce est prononcé aux torts exclusifs de la partie économiquement faible, celle-ci ne pourra se voir octroyer de prestation compensatoire.

Toutefois, dans cette hypothèse, le législateur a prévu que l’époux concerné puisse obtenir à titre exceptionnel une indemnité, si compte tenu de la durée de la vie commune et des choix professionnels qu'il a faits pendant celle-ci pour l'éducation des enfants ou pour favoriser la carrière de son conjoint au détriment de la sienne, il apparaît manifestement contraire à l'équité de lui refuser toute compensation pécuniaire à la suite du divorce.

En savoir plus ?

Pour pouvoir bénéficier de cette indemnité exceptionnelle, il est impératif de la solliciter dès l’assignation en divorce. A défaut, le juge n’ayant pas le pouvoir de l’octroyer d’office, la partie économiquement faible ne bénéficiera d’aucune compensation financière malgré le déséquilibre manifeste créé par le divorce dans les conditions de vie des époux.

Par Christine Pasquier-Ciulla  et Sandra Landais

Retour à la liste des actualités